- Agglomération, Economie

Témoignages. Vive l'auto-école à pédagogie adaptée

« J'ai aimé le simulateur, il m'a rassurée et m'a préparée à la conduite sur route » explique Tchopu Djimbare. - Agrandir l'image, .JPG 857Ko (fenêtre modale)
« J'ai aimé le simulateur, il m'a rassurée et m'a préparée à la conduite sur route » explique Tchopu Djimbare.

La Fédération des Maisons de quartiers de Saint-Nazaire possède un agrément d’auto-école associative délivré par la préfecture. Les apprentis conducteurs sont orientés par la conseillère mobilité de la plateforme. Ici, ils apprennent le code et la conduite à leur rythme.

Tchopu Djimbare, 35 ans, participante PLIE

« Je suis agent de service hospitalier en remplacement. J'ai des horaires variables. Je me rends en bus ou à pied à mon travail. Avant, c'était mon ex-mari qui m'emmenait et me ramenait. J'avais très envie de passer le permis pour être indépendante, pour aller au travail mais aussi pour emmener ma fille faire des activités. J'ai obtenu l'examen du code après 105 heures. C'est beaucoup d'investissement en plus de mon travail. J'ai hâte d'être au volant, je pensais ne pas y arriver. Les moniteurs ont confiance en nous, ils nous laissent le volant ! Ils sont là pour nous aider, nous faire progresser mais ils savent aussi nous dire quand cela ne va pas. Le permis, c'est aussi une fierté de réussir quelque chose qui me semblait impossible. »

Élodie Keramborgne, animatrice monitrice auto-école

« Notre auto-école à pédagogie adaptée s'adresse à des publics rencontrant des difficultés d’apprentissage résultant  de difficultés liées à la langue, de leur histoire, d’un manque d'expérience de la mobilité,  et, bien souvent, du manque de confiance en soi. Notre moyenne de cours de conduite est de 50h contre 35h dans une auto-école classique. Nous expérimentons de nouvelles formes d'apprentissage, par exemple avec des leçons sur un simulateur de conduite puis sur une voiture à boite de vitesses automatique pour se concentrer sur la route.

Nous sommes deux animateurs moniteurs. Nous trouvons des moyens de communiquer par des schémas et des dessins. Nous nous adaptons au rythme et à la personnalité de chacun. Nous tentons toujours de mettre en avant les points positifs pour encourager et éviter le décrochage car le parcours est long. Cette expérience les conduit bien au-delà du permis, elle les transforme, les valorise et leur ouvre de nouvelles perspectives. »