- Environnement

Sensibiliser les plus jeunes à la qualité de l’air

Maryline Heinry, chargée de projets au CPIE Loire Océane, intervient à l’école Pierre-et-Marie-Curie de Trignac. - Agrandir l'image, .JPG 175Ko (fenêtre modale)
Maryline Heinry, chargée de projets au CPIE Loire Océane, intervient à l’école Pierre-et-Marie-Curie de Trignac pour sensibiliser des élèves de CM1/CM2 aux sources de pollution de l’air.

Dans le cadre du Plan climat air énergie territorial (PCAET), la CARENE a mis en place un programme pédagogique à destination des élèves des écoles primaires de l’agglomération. Un cycle d’animations pour comprendre les sources de pollution et adopter les bons gestes.

Microscopes de poche en main, les 23 élèves de CM1/CM2 de l’école Marie- Curie de Trignac se lancent dans l’ins- pection attentive de leur peau et de leurs cheveux. Au-delà de sa dimension ludique, cette activité doit leur permettre « de comprendre le caractère volatile des polluants», comme le souligne Maryline Heinry, chargée de projets au CPIE Loire Océane. L’association d’éducation à l’environ- nement a été missionnée par la CARENE, en partenariat avec la Ville de Saint- Nazaire et avec le soutien de l’Agence régionale de santé (ARS), pour mettre en place un projet pédagogique sur la pollution de l’air intérieur à destination des élèves de cycle 3 (CM). Cette action s’inscrit dans le cadre du programme « Élément’air » développé par l’agglo- mération à l’occasion de l’élaboration du Plan climat air énergie territorial (PCAET).

Pendant trois séances d’une heure et demie, les élèves apprennent à déconstruire les idées reçues et découvrent les bonnes pratiques pour améliorer la qualité de l’air intérieur grâce à des modules adaptés à leur jeune âge. « Dans un premier temps, nous avons travaillé sur les propriétés de l’air. Je leur ai ensuite demandé de faire une enquête à la maison pour repérer les systèmes d’aération et la présence de polluants dans les différentes pièces : tabac, aérosols, bougies », précise Maryline Heinry. L’enquête s’est également poursuivie dans les locaux de l’école Marie-Curie, avant une restitution commune. Place ensuite aux leviers d’action : des gestes quotidiens pour renouveler l’air ambiant en insistant sur l’importance d’une bonne aération.

Changer les comportements

Pour la dernière séance, les élèves participent à un test « Vrai/Faux » dans la cour de l’école. « Est-ce que la marche pollue l’air ? », « Les bougies odorantes favo- risent-elles la qualité de l’air ? », « Les poils d’animaux peuvent-ils provoquer des allergies ? »... 

Si certaines questions soulèvent encore quelques hésita- tions, le message est passé. « C’est très intéressant car on ne savait pas qu’il y avait autant de choses qui pouvaient polluer. On va faire plus attention main- tenant », expliquent Aaron, 10 ans, et Jade, 9 ans. « C’est bien que l’intervention se fasse en trois temps, ça leur permet de mieux retenir. Ils font le lien et ils réutilisent », témoigne leur enseignante Corinne Guery. Car l’enjeu de ce cycle d’animations est bien de changer les comportements. « L’idée, c’est que les élèves se mettent en mouvement et transmettent l’information à leurs proches », souligne Maryline Heinry. Depuis le début de l’année 2019, cinq classes de l’agglomération nazairienne ont bénéficié de ce programme pédagogique.

A noter

Le Plan climat a été adopté en conseil communautaire le 17 décembre dernier. Les élus et représentants des services de la CARENE, les communes, les partenaires institutionnels, les entreprises et associations ont été mobilisés à chaque étape avant la période de consultation du public et de recueil des avis officiels pour les derniers ajustements. Le prochain cap est désormais fixé à 2030.