- presse-communiques, Environnement

L’Agglomération installe son premier réseau de chaleur à Donges

Plan d'implantation du futur réseau de chaleur de Donges. Crédit : CARENE - Agrandir l'image, .PDF 4,33Mo (fenêtre modale)

La CARENE s’est dotée d’une stratégie de développement des énergies renouvelables ambitieuse. Son objectif : porter à 25% la contribution des énergies renouvelables dans le mix énergétique territorial à horizon 2030. Le développement de la filière bois énergie constitue un des leviers majeurs de sa stratégie pour y parvenir. La création du premier réseau de chaleur renouvelable de l’agglomération verra le jour à Donges début 2021. Il s’agit d’un projet exemplaire dans lequel l’agglomération et la Ville de Donges s’engagent collectivement pour contribuer au développement des énergies renouvelables et générer d’importantes économies de fonctionnement. 

En partenariat avec les services de la Ville de Donges, la CARENE a mené, dès 2017, une étude de faisabilité pour identifier les équipements les plus consommateurs en énergie de la commune. Parmi eux : le complexe sportif, le Groupe scolaire de la Souchais, le collège Arthur-Rimbaud, l’EHPAD Le Clos Fleuri, la salle des Guifettes et la piscine Espace Neptune.
Les études menées ont permis de confirmer l’opportunité de mutualiser les équipements entre la piscine et l’EPHAD et de mettre en place un réseau de chaleur biomasse mutualisé pour faire profiter d’autres abonnés d’un tarif intéressant. Cinq partenaires (La Ville de Donges, SILENE, le Département de Loire Atlantique, La Résidence Le Clos Fleuri et la CARENE) ont été sollicités pour raccorder huit bâtiments :

 

  • la piscine Neptune  l’EHPAD Le Clos Fleuri,
  • le groupe scolaire Aimé-Césaire/Casanova,
  • le complexe sportif,
  • le Collège Arthur-Rimbaud
  • les logements de la Résidence la Souchais de SILENE
  • la salle des Guifettes, les ateliers municipaux

La chaudière à bois, qui couvrira 80% des besoins de chaleur, sera constituée d’un bâtiment de 400m2 qui sera implanté sur un terrain de 900m2, rue du stade, à proximité de l’EPHAD Le Clos Fleuri et de la piscine. La production de chaleur des huit bâtiments sera mutualisée via un réseau de 1,8 kilomètre. L’appoint sera assuré par une chaudière à gaz.

Des économies financières et un bilan environnemental positif

La chaufferie au bois produira 2,8 GWh/an et remplacera six à sept chaudières à gaz et une au fioul. Cet équipement contribuera à l’atteinte de 3% de l’objectif de la CARENE de porter à 25% la contribution des énergies renouvelables dans le mix énergétique territorial à horizon 2030. On évitera ainsi de rejeter 590 tonnes de Co2 chaque année et on baissera de 72% l’émission de gaz à effet de serres par rapport à la situation actuelle.

Les gains financiers cumulés pour l’ensemble des abonnés sur les dix premières années de fonctionnement du réseau sont estimés à 500 000€ dont 170 000€ pour la commune de Donges.*

 

*sur l’hypothèse d’une augmentation annuelle du prix du gaz naturel de 2%, du prix du bois de 0,5% et en prenant en compte la TICGN (Taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel).

Un projet porté et financé par l’agglomération

 

La CARENE porte et finance ce projet à hauteur de 2,2 millions €HT avec le soutien de l’ADEME qui apporte un peu plus d’1M€.

L’équipement sera construit par un opérateur dans le cadre d’un marché public global de performance. Il assurera ensuite l’exploitation de la chaufferie pendant cinq ans. C’est la CARENE qui facturera l’énergie consommée à chaque abonné.

L’agglomération s’est également entourée d’experts techniques comme Atlanbois (une structure associative dont la vocation est de développer le bois de construction et les réseaux de chaleur avec bois énergie) et Air Pays de la Loire afin de réaliser le bilan environnemental du projet (gaz à effet de serre, impacts polluants atmosphériques...).

Une chaufferie alimentée avec du bois local

Le bois déchiqueté qui servira de combustible proviendra de bois scieries, de bois d'élagage, dans un périmètre de 50 à 100 km autour de Donges pour limiter les transports.

D'autres projets de construction de réseau de chaleur sont à l'étude sur les communes de l’agglomération. En fonction de la demande et des gisements disponibles sur le territoire, la structuration d'une filière de bois locale sera étudiée dans les prochaines années.

La stratégie de la CARENE pour développer les énergies renouvelables

Adoptée en juin 2016, la stratégie de déploiement des énergies renouvelables a acté un objectif ambitieux : porter à 25 % la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique totale du territoire à l’horizon 2030 (alors qu’elle n’était que 4 % à la fin 2014).

Côté électricité, 200 MW, soit 100 hectares en toitures et 60 hectares sur des friches, doivent être installés d'ici 2030 pour atteindre 39% d'électricité renouvelable (1% en 2015).

Côté biogaz, une unité de méthanisation est en projet à Montoir de Bretagne et devrait voir le jour en 2020-2021.

Pour la production de chaleur, trois filières présentent des gisements importants sur l’agglomération : le solaire thermique (production d’eau chaude sanitaire et/ou de chauffage), la géothermie et le bois-énergie (les ressources en bois bocager de l’agglomération sont aujourd’hui sous-exploitées).

Des dispositifs d'accompagnement des particuliers sont à l'étude actuellement mais la CARENE dessine actuellement un schéma directeur des réseaux de chaleur afin de planifier le développement des réseaux de chaleur renouvelable sur l'ensemble de son territoire, partout où cela sera rentable tant sur le plan économique que sur le plan environnemental.

La CARENE accompagne les collectivités du territoire dans le déploiement des énergies renouvelables sur le patrimoine public. Elle mobilise et accompagne également les acteurs privés, les entreprises et collectifs d'habitants, pour déployer des projets de production d'énergie renouvelable.