- Agglomération

Gestion des milieux aquatiques. Une nouvelle donne

Le Parc Naturel Régional de Brière va désormais pouvoir se recentrer sur ses vocations premières : conservation des milieux, valorisation des ressources locales, sensibilisation à l’environnement et animation touristique. - Agrandir l'image, .JPG 673Ko (fenêtre modale)
Le Parc Naturel Régional de Brière va désormais pouvoir se recentrer sur ses vocations premières : conservation des milieux, valorisation des ressources locales, sensibilisation à l’environnement et animation touristique.

L’État a décidé de confier la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (Gemapi) aux intercommunalités. Territoire d'eau par excellence, la CARENE est particulièrement concernée par le sujet.

Après les déchets, l’assainissement, l’eau ou l’énergie, la CARENE-Saint-Nazaire agglomération se voit attribuer une compétence supplémentaire liée aux grandes thématiques environnementales : la Gemapi. Depuis le 1er janvier, l’agglomération agit donc pour le compte des communes sur l'exploitation et l'entretien des milieux aquatiques. Une évolution logique puisqu'elle conduit à raisonner davantage à l'échelle des bassins versants concernés.

Gagner en clarté et en moyens d'action

Il y a deux ans, la CARENE s'est rapprochée de ses voisins – Cap Atlantique, Communauté de communes du Pays de Pontchâteau et Saint-Gildas-des-Bois, Communauté de communes Estuaire et Sillon, Communauté de Communes de la Région de Blain – situés comme elle sur le bassin versant Brière-Brivet pour leur proposer de définir ensemble une nouvelle organisation et une nouvelle gouvernance de leurs milieux aquatiques.

Cette réflexion a abouti à la décision suivante : transférer les compétences Gemapi au Syndicat du bassin versant du Brivet sur ce périmètre de Bassin Versant. Ainsi, chaque élu qui siégeait hier pour le compte de sa commune (au nombre de 30) siège désormais au nom de son intercommunalité.

Objectif : gagner en clarté et en moyens d'action. Effectif et capacité financière renforcés (760 000 euros), missions clarifiées, le Syndicat du bassin versant du Brivet monte en puissance pour mieux faire dialoguer l’amont et l’aval.

En effet le grand défi pour gérer ensemble un aussi vaste territoire passe en premier lieu par une bonne compréhension du système hydraulique global. Il est par exemple parfois préférable de freiner l’eau et limiter l’imperméabilisation en amont plutôt que de trop curer en aval au risque d’accélérer les arrivées d’eau.

Un avenir plus serein pour le Parc de Brière

Raisonner à une autre échelle pour voir plus loin, telle est l'ambition. « Tout ce travail de repositionnement des missions des uns et des autres a porté ses fruits, souligne Eric Provost, vice-président de la CARENE, qui a piloté la démarche. Installer une gouvernance de l'eau dépassant les frontières du territoire, à l'échelle de plusieurs intercommunalités, c'est inédit. La CARENE est fière d'avoir relevé le défi que représentait ce dossier complexe, en synergie avec ses voisins ».

Une conséquence importante de cette évolution des missions du Syndicat du bassin versant Brière-Brivet concerne le devenir du Parc Naturel Régional de Brière, dont la situation financière suscitait quelques inquiétudes depuis plusieurs années.

Déchargé de la gestion des travaux de ses milieux et recentré sur ses vocations premières (conservation des milieux, valorisation des ressources locales, sensibilisation à l’environnement et médiation), sa pérennité n'est plus remise en question. Cette nouvelle gouvernance de l'eau intègre la commission syndicale de la Grande Brière Mottière comme partenaire incontournable.

Autre bassin versant concerné par la prise de compétence Gemapi par la CARENE : le bassin versant littoral. Pour ce petit territoire «orphelin» situé sur le périmètre nazairien, un programme d'actions sur les milieux aquatiques ainsi qu’une stratégie en vue de lutter contre les risques d'inondation et de submersion marine sont en cours de définition en lien avec le voisin Cap Atlantique... Comme pour le bassin versant Brière-Brivet, cette nouvelle vision partagée sonne comme une petite révolution.

Bon à savoir

L'entretien des cours d'eau relève de la responsabilité de leurs propriétaires (pour enlever les branches gênant leur écoulement, par exemple). La collectivité prend le relais lorsque l'intérêt général prévaut.

Assainissement des eaux pluviales urbaines

À compter de janvier 2018, la CARENE assurera l’exploitation des ouvrages d’assainissement des eaux pluviales sur les 10 communes qui composent son territoire.

Sa principale mission sera d’assurer, 24/24h et 7/7j, la collecte et la bonne régulation des eaux de pluie à travers des interventions sur site (canalisations, bassins de rétention…) et/ou la coordination de gros travaux lorsque ceux-ci seront nécessaires.

La CARENE interviendra sur les zones d’habitat densifié (notamment les centres-villes et les centres-bourgs) et les zones d’activités.

Pour tous les ouvrages liés à la voirie, les communes interviendront, notamment pour les fossés, les caniveaux ou encore les grilles d’avaloirs.

Un seul contact à retenir ! Pour poser une question ou faire une demande d’intervention en lien avec cette thématique, un numéro a été mis en place : 02 40 17 83 00.